Little Bird de Craig Johnson



Quand on est shériff dans le comté d' Absaroka , à Durant plus précisemment, la vie s'écoule lentement , sans accrocs...enfin en apparence.
Walt Longmire occupe ce poste depuis un petit quart de siècle et attend le retraite avec bonhommie , passe son temps à observer les oiseaux et surtout les oies en automne, quand les jours raccourcissent et que la glace ciselle les contours rocheux de Clear Creek.

Walt aspire à terminer sa carrière en paix mais ses espoirs s’envolent quand on découvre le corps de Cody Pritchard dans un champ à la sortie de village et à deux pas de la réserve cheyenne. Ce même Cody qui avait été , un des quatre adolescents condamnés avec sursis pour le viol d’une jeune Indienne, Melissa Little Bird. Jugement qui avait avivé les tensions entre les deux communautés.
Aujourd’hui, il semble que quelqu’un cherche à se venger.
Mais ils sont nombreux ceux qui révaient de meurtre dont Henry Standing Bear, oncle de Melissa, tireur d'élite et...meilleur ami de Walt.

L'Autre Amérique a aussi ses romans. Celle des grandes étendues , des déserts aussi bien secs et chauds qu'enneigés , ses laissés pour compte et ses âmes perdus.Dans la veine d'un Tony Hillerman , romancier "ethnologique" apprécié pour la qualité et la maîtrise des détails culturels lorsqu'ils met en scene Hopis et Navajos , voici Craig Johnson et ses cheyennes.

Il vit a Ucross , Wyoming , un petit village agricole de 35 âmes c'est dire s'il connait bien cette région dont les températures les plus rudes mettent les hommes comme les femmes à rude épreuve.Il connaît aussi très bien la question indienne, ses premiers voisins étant les Cheyennes et les Crows de la réserve voisine (l’un d’eux, son meilleur ami, a inspiré le personnage de Henry Standing Bear)
L' hiver au Wyoming est une épreuve de vie : blizzard assuré, neige à volonté, glace omni-présente.Ce livre est la chronique plutôt réussie d’une petite ville du Wyoming au pied des Bighorns Mountains, pas loin d’une réserve d’Indiens Cheyennes qui accompagneront le shérif tout au long d’une enquête qui ira crescendo au rythme de la tempête de neige qui s’annonce là haut près des Twin Lakes….Nous sommes dans une région chargée d'histoire , de larmes et de sang , au pied des Big Horn Mountains et à deux pas de Little Big Horn, où l'armée Custer fut anéantie en 1876.
Depuis, les indiens ont définitivement perdu la guerre et abandonné les vastes plaines à bisons pour une réserve où les seules perspectives d'avenir sont la misère et l'alcoolisme.

Le grand charme de ce polar très classique repose avant tout sur la personnalité très attachante de Walt Longmire, sorte de gros ours bourru, vaguement dépressif mais à l' humour cynique,et aussi sur ces beaux paysages du Wyoming, et surtout sur le duo improbable que forment Walt et Henry dont l'amitié inoxydable est née dans le jungle vietnamienne. Un roman qui sert de prétexte à nous montrer les difficultés de cohabitation entre la communauté indienne et la communauté blanche.
Walt Longmire est un trait d'union entre les deux communautés. Son respect pour les indiens et leurs traditions lui vaudra l'aide inattendue des "Vieux cheyennes" dans une scène fantasmagorique. Walt se retrouvera seul dans les montagnes avec pour uniques guides les voix des guerriers morts qui lui donnent la force de continuer à lutter.. Ce roman n'est pas exempt de fantômes...

Le shérif Walt Longmire est un homme bourru , détruit par la mort de sa femme, il se laisse gentiment aller dans une maison à l’abandon avec une philosophie proche du néant…
C'est un ancien du Vietnam où il a apprit la valeur des hommes au-delà des socles sociaux inamovibles. Mais il est tellement attachant.Sa mélancolie et le laisser-aller qui le transforme en shérif trop gras et un peu trop porté sur la dive bouteille, tandis que sa petite maison se change en refuge pour poussière et rats, lui vaut bientôt une reprise en main abrupte sous l’égide de sa fille, de son meilleur ami, Henri Long Bear et de sa collaboratrice, la sémillante Vic, flic de Philadelphie, échouée dans les hautes plaines.

Johnson est un formidable conteur , un paysagiste amoureux de la nature grandiose qu'il cotoie chaque jour et sait le faire transparaitre dans ses romans.
J'ai beaucoup aimé et dévoré ce polar. Et sachez que le dénouement est aussi , assez surprenant…

0 commentaires:

Ma liste de blogs

Ma liste de blogs

Ma liste de blogs

  © Blogger template Brooklyn by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP