Crimes et Chatiments " au Musée d'Orsay


A ne pas manquer et ceci du 16mars au 27 juin, 450 oeuvres exposées , de la Révolution à 1939, sur la représentation du crime.
Cela se passe au musée d'Orsay à Paris et sous la direction de l'ancien garde des sceaux , R.Badinter et l'académicien Jean Clair
Toiles , dessins, photos ,illustrations ...et notre illustre gu...illotine !!!

Badinter qui disait entre autres que l'homme est le seul animal avec le rat , à tuer pour tuer....


Lu sur Obiwi :

" Un des plus grands romans de Dostoïevski donne son nom à la dernière exposition du musée d’Orsay, d’après un projet de Robert Badinter (ancien garde des Sceaux et ministre de la Justice).

L’esthétisme de la violence


Les meurtriers ont toujours inspiré de nombreux romanciers, de la tragédie grecque au roman contemporain: Eschyle, Sade, Barbey d’Aurevilly, Shakespeare, Baudelaire, Camus… La peinture en témoigne également à foison. Des figures mythiques sont reproduites comme Lady Macbeth, Charlotte Corday, Marat. La figure maléfique de la sorcière hantera aussi l’esprit des artistes qui représenteront des femmes meurtrières de la Bible ou de la fable: Judith, Salomé.

Cette exposition très riche présente plus de 450 œuvres et documents pendant deux siècles d’histoire de 1791 à 1981. Le visiteur découvrira le traitement de la représentation du crime et de la justice par des photographies, quotidiens illustrés, dessins, sculptures, toiles de grands artistes comme Gustave Moreau, Munch, Füssli, Goya, Victor Hugo, Toulouse Lautrec, Degas, Otto Dix

L’apparition de la presse à grand tirage
Le Petit Journal est le premier journal français dont la stratégie est basée sur le sensationnel. Tous les crimes et faits divers sont mis en Une avec des illustrations et des titres spectaculaires.

Enfin c’est à la fin du XIXe siècle que naît et se développe une approche qui se veut scientifique du tempérament criminel. Cesare Lombroso, le criminologiste le plus connu et le plus contesté après sa mort, développe une anthropologie qui prétend établir les constantes de l’homme criminel. Leurs caractéristiques physiologiques et anatomiques permettraient de les distinguer, de les reconnaître et ainsi de prévenir le crime!
Une telle théorie aura une influence considérable sur la peinture, la sculpture ou la photographie.

La dernière guillotine utilisée est montrée, voilée comme elle l'était sous la Révolution. Frissons garantis!

Le musée informe que certaines des oeuvres présentées dans l'exposition sont susceptibles de heurter la sensibilité des visiteurs (et tout particulièrement du jeune public). "


http://www.obiwi.fr/culture/expos-et-creations/85884-evenement-crime-et-chatiment-au-musee-d-orsay

Musée d’Orsay
Jusqu’au 27 juin 2010

1 rue de la Légion-d’Honneur 75007 Paris
Tél: 01 40 49 48 14
www.musee-orsay.fr
Métro: Solférino
Tarif: 9,50 euros, tarif réduit: 7 euros.
Fermeture le lundi.

0 commentaires:

Ma liste de blogs

Ma liste de blogs

Ma liste de blogs

  © Blogger template Brooklyn by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP