Innercity blues d' Ammari-B et Brüno


Inner City, côte Est des Etats-Unis, septembre 1972. Huggy les bons tuyaux , John Shaft et Foxy brown sont de sortie !!!!
Les deux frères Arnold et Willie, sont des petits malfrats et voleurs de bagnoles qui évoluent dans le ghetto black.
Suite à une gaffe - ils volent la voiture de Yaphet Kotto, un grand ponte de la mafia régnant sur la ville- ils se voient offrir un boulot pour lui.
Ils lui sont sont redevables, et doivent exécuter une sale besogne pour Kotto. Dès lors qu'ils intégrent le gang, ils vont progressivement gravir les échelons de l’organisation. De
contrats en coups de main, les deux frères font une entrée remarquée dans la pègre d'Inner City .Ils vont manier des gros flingues, toucher beaucoup d argent, devenir des caïds, et bien sûr, devoir faire régulièrement couler le sang...
Ils ne comptent même plus les cadavres qu’ils laissent derrière eux.
Mais tout basculera dés lors qu on leur confie un gros coup : acheter une grosse quantité de drogue à un dénommé Priest, redoutable truand indépendant...

Bienvenue en pleine blaxploitation : l’ambiance qui règne ici, c’est Marvin Gaye, «Foxy Brown», la «Tamla Motown», la boxe, le jazz, les quartiers blacks, la drogue...
L'ambiance seventies de cet album est tout simplement exquise, entre soul music, design rétro et séries kitsh, nos deux compères évoluent dans un univers plein de couleurs flashy, de drogues psychédelliques et de filles sexy.

Au départ cette série ne m'avais pas fait flashé à cause de son dessin très original donc et un graphisme hors norme.. Cependant il faut bien avouer qu'après lecture le scénario de Fatima Ammari est bien ficelé, bien développée, avec des personnages intéressants et le dessin de Brüno va vraiment bien et apporte une touche d'originalité notamment au niveau de l'ambiance créée. Le trait épuré et tout en rondeur est un vrai régal, er est servit par une colorisation impeccable et un environnement qui lui sied à merveille.Son trait est sûr, net et brutal comme peut l'être le récit dans une Amérique ou "violence" rime avec "quotidien". C'est un vrai régal de voir les tribulations des deux frangins.

Nostalgiques des coupes "afro" et des chemises à col pointu, sautez sur l'occasion pour vous replonger dans vos souvenirs.Tout ici est seventies ! Des couvertures pétantes aux ambiances musicales omniprésentes.On croirait parfois entendre Sly Stone ou isaac Hayes.

Cette série fonctionne sur le principe de l'alternance, chaque album mettant en scène différents protagonistes dans le même espace temps puisque c'est Pries , sortant de prison qui est narré dans le second tome
Les gentils et honnêtes héros ont le bon goût de ne pas apparaître, ce qui renforce l'authenticité et l'intérêt de cette série 100% blaxploitation. On ne peut s'empêcher de sentir l'ombre de Tarentino dans sa période "Jackie Brown", cela sent bon le souffre, la luxure et contrairement aux apparences, c'est bien le noir qui est la couleur dominante ici !

0 commentaires:

Ma liste de blogs

Ma liste de blogs

Ma liste de blogs

  © Blogger template Brooklyn by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP