Pulps Magazines


Pour ceux qui ne connaissent pas et pour les autres , un petit rappel.


Le nom de Pulp Magazines vient de publications peu onéreuses , 10cents en général et imprimés sur du papier de mauvaise qualité, constitué de fibre de bois très grossière (woodpulp), par souci d'économie. De plus, cela créait l'opposition avec les slicks, publications de bien meilleures qualités dont le support consistait en du papier lissé ( genre Time magazine).

Les pulps sont les successeurs des dime novels (le « roman à trois sous » anglophone) et des brochures moralisantes publiées par les associations caritatives du XIXe siècle afin de mettre en garde les masses laborieuses contre les dangers tels que la boisson et la débauche.


Seulement dés 1930 l'on voit apparaitre hormis les fameux comics et leurs super héros et les scifi novels, des detective comics qui ont fait la part belle aux grandes affaires criminelles , aux enquêteurs comme aux assassins.

Les pulps ont aussi compté dans leurs pages beaucoup d'auteurs passés depuis à la postérité, comme Dashiell Hammett , Ed McBain ou Raymond Chandler.

 Et contrairement aux Dime Novels, le pulp fait la part belle aux Pin ups.

Les couvertures de ces magasines sont surtout célèbres pour leur demoiselles demi-vêtus en détresse, souvent en attente du héros sauveur.La femme y est sur-représentée soit en victime soit en meurtrière et souvent dénudée.

Une couverture de Mystery montrera un flic aux allures de voyou crapuleux déchirer les vêtements d' une jeune femme impuissante. Une autre exhibera une otage ligotée ressemblant à Betty Page , l'égérie de l'érotisme soft des années avant-guerre.Pour aviver un fantasme, la femme ligotée est plus attirante qu'à l'ordinaire, en outre, elle permet de faire un pied de nez cynique à la censure puritaine américaine qui sévissait des années 20 à la fin du maccarthisme
Certains pulps se vendront ou s'échangeront sous le manteau.

 La couverture joua bien entendu un role majeur dans la commercialisation des pulp fiction, et un certain nombre de graphistes sont devenus des artistes aussi populaires que les auteurs romanciers.  Parmi les plus célèbres retenons Frank R. Paul, Virgil Finlay, Edd Cartier, Margaret Brundage et Norman Saunders. D'ailleurs, souvent, la couverture fut le point de départ narratif du récit dont devait s'inspirer les écrivains. Un graphiste imaginait une scène, attendait l'aval de l'éditeur qui ensuite contactait un écrivain pour a son tour imaginer une nouvelle ou un roman en phase avec la couverture de l'illustrateur..


Les Pulps aujourd'hui se collectionnent , ont un marché et une côte.. Et si ce n'est pas déjà fait , on verra certainement se vendre un Pulp aux enchères de Drouot ou Sotheby's un jour ou l'autre


Pour vous faire une idée voici quelques covers art des magazines les plus célèbres:












0 commentaires:

Ma liste de blogs

Ma liste de blogs

Ma liste de blogs

  © Blogger template Brooklyn by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP