Les chiens de Riga de Henning Mankell

Les chiens de Riga , voient la deuxiéme apparition de Wallander dans les romans de Mankell. Enquêteur à Ystad ,ce flic d’âge mur comprend toujours aussi mal la société dans laquelle il vit, a toujours des problèmes de communication avec son père et plus aucun contact avec la mère de ses enfants. Empêtré dans ses problèmes familiaux, on lui demande d’enquêter sur la découverte d’un canot échoué sur les rivages de Scanie.
Les corps vite identifiés de deux mafieux lettons d’origine russe sont retrouvés à bord du canot sur une plage et sous la neige de février.
Le major Liepa, un policier de Riga, se joint à l’inspecteur Wallander pour faire enquête.

Une briève amitié doublé d’une admiration réciproque va naitre entre les deux hommes jusqu'a ce que le vol du canot dans les locaux même de la police suédoise stoppe l’enquête du major Letton.
Aussitôt rentré chez lui, le policier , avec qui Wallander s’était découvert des affinités, est assassiné.
C’est au tour du suédois de se rendre à Riga  pour faire toute la lumière sur cet étrange affaire. Il part donc pour la Lettonie afin de se concerter avec la police locale sur les deux enquêtes.
N'obtenant pas les réponses qu'il cherchait, il y retourne , cette fois ci clandestinement, sans l'accord de ses supérieurs et aprés avoir posé quelques jours de congés.
Pour cela , il traversera une partie de l'Europe , via l'Allemagne,et se retrouve au centre d’une guerre civile larvée (l’action se déroule en 1991) à quelque mois de l’indépendance du pays balte.

La démocratie n’y est qu’un rêve !Le policier va trouver un monde glacé fait de surveillance policière, de menaces non voilées et surtout de mesonges.

Une atmosphère survoltée où les repères habituels, inexistants, et les amis, difficiles à distinguer des ennemis, la confiance difficile à accorder. L’enquête est difficile, dangereuse, et Wallander la fera en partie dans la clandestinité. Elle le plongera dans la complexité idéologique de ce moment historique où des communistes sincères, se sentant « trahis par la corruption et l’indifférence », se battaient aux cotés des indépendantistes.

Mankell a écrit les chiens de Riga en 1992 c’est à dire un an après la “libération” des pays balte et leur indépendance. Sa description d’une Riga sombre et fermée est très puissante et Mankell se sert de Wallander pour nous montrer le décalage qu’il existe entre nos démocraties occidentales et l’atmosphère de pseudo liberté qui règne dans ses pays officiellement libérés.

L’autre grande nouveauté, c’est l’engagement de Wallander dans une enquête qui dépasse son métier de policier et pour laquelle il prendra de grands risques pour sa vie.
Le rythme présent dans ce roman est assez lent pour que le lecteur comprenne le désarroi et la mélancolie de Wallander mais le rythme s’accélère au fur et à mesure que la propre vie de Wallander est en danger ce qui finit de rendre ce roman surprenant dans son cycle et agréable à lire.

Un bon roman qui vous proposera de vous plonger dans l’ancienne U.R.S.S en suivant un Wallander méconnaissable et amoureux de la veuve de Liepa , Baiba.

Les Chiens de Riga est un roman captivant où action et réflexion font bon ménage. Une quête de sens à la Mankell !

0 commentaires:

Ma liste de blogs

Ma liste de blogs

Ma liste de blogs

  © Blogger template Brooklyn by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP