Rouge Karma de Mi Jianxiu


Le renouveau du polar étranger , bien qu'on nous assomme avec cette vague de scandinave ( dont les fers de lance comme Mankell ou Nesbo sont somme toute trés bons), passe aussi par ces auteurs chinois comme Qiu Xiaolong , He Jiahong ou ce Mi Jianxu dont je vais parlerqui confirment que le réveil si souvent annoncé de la Chine a commencé depuis déjà bien longtemps.

Choix difficile ( et bigarré) entre Bleu Pekin, jaune camion, et rouge Karma. Mais ce dernier est pêut etre le plus emblematique.
C'un polar inhabituel dans le sens où on découvre une enquête menée différemment qu'en occident. l'auteur nous emmène méticuleusement dans une société et une logique de pensée qui nous est différente.

Au temps de la Révolution Culturelle dans un camp de rééducation par le travail situé dans le Hubeï, une jeune femme, Chen Meimei, est violée par Da Han, le cruel chef du camp.

Dix ans plus tard, au moment du programme de modernisation accéléré de la Chine du début des années 1980, un homme venant de cette même province du sud est trouvé égorgé dans un chantier de démolition à Pékin. L'enquête commence alors pour le juge Li, ses amis Peng (sous-chef à la Sécurité-Publique), Po (jeune agent) et la ravissante Xia, (agent de l'ordre public). Cette enquête les emmènera au cœur de Pékin, grande ville minée par la violence et la corruption, ainsi que dans les campagnes miséreuses du sud.

Mi Jianxiu nous décrit, par de brèves et frappantes esquisses, les ressorts d'une société chinoise tout à fait surprenante bien loin des idéologies véhiculées par les intellectuels européens: la montée de la criminalité, le peu valeur accordée à une vie humaine, la gangrène de la corruption à grande et petite échelle, le respect presque absolu de la hiérarchie, la place de l'individu dans l'ordre social et le schisme existant entre la vie urbaine et campagnarde.
C'est une description sans complaisance mais très vivante qui nous dévoile l'envers d'un pays souvent idéalisé .
Mais on apprend aussi : comment on voyage en train, comment on mange des raviolis, comment fonctionne un commissariat, nous apprenons que les Mandchous se sentent supérieurs aux Han, qu’il y a des brigades pour arrêter les homosexuels et les amoureux illégitimes, et la procédure à suivre pour être amoureux légitime, et les petits trafics, et les grosses combines, nous nous repérons peu à peu dans les complexités du système, nous zonons dans la ville, nous découvrons une province, et les antagonismes entre pouvoir central et pouvoir régional, mais le plus beau, c’est qu’on rit.
Et parfois aux éclats , l'auteur s'attachant à y manier beaucoup l'humour, ce qui ne sera pas sans vous déplaire !!!!

0 commentaires:

Ma liste de blogs

Ma liste de blogs

Ma liste de blogs

  © Blogger template Brooklyn by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP